QGIS

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur QGIS !

[Tuto] Ajouter des données ponctuelles (latitude, longitude) dans QGIS depuis un tableur

Vous avez un tableur contenant des données géographiques (latitude, longitude) et vous voudriez les visualiser sous forme de points sur une carte et/ou en faire une couche vecteur ? C’est ce que l’on va faire tout de suite dans ce tutoriel QGIS !

 

Pour réussir cette manipulation, vous aurez besoin : de QGIS (j’utilise la version 3.2 pour cet exemple) et d’un tableur de données contenant des localisations géographiques sous la forme « latitude & longitude » (une colonne pour la latitude et une colonne pour la longitude).

Pensez bien que ce tutoriel sera d’autant plus simple si vous savez vous repérer dans l’interface de QGIS : voir cet article ! ;)

 


Préparation du tableur

Pour commencer, il faut que vous convertissiez votre tableur de données (que ce soit un tableur Excel ou Calc...) en « texte délimité ».

Pour cela, dans le menu principal, cliquez sur « enregistrer sous ». Ensuite, avant d’enregistrer votre fichier, choisissez le format CSV.

Voici par exemple la fenêtre d’export pour un fichier ouvert avec LibreOffice Calc :

Première étape : exporter la feuille de votre tableur CSV.

 

Laissez les paramètres par défaut, comme dans cet exemple, et cliquez sur OK pour enregistrer votre nouveau fichier CSV.

Attention : vous ne pouvez exporter qu’une seule feuille à la fois. Si votre tableur comporte plusieurs feuilles contenant des données que vous voulez importer dans QGIS, il faudra exporter un fichier CSV par feuille.

Passons maintenant à la partie « cartographique », et ajoutons les données sous forme de géométries géoréférencées dans QGIS !

 


Ajout d’une couche de texte délimité

Dans QGIS, dans la barre d’outils de contrôle des couches : cliquez sur « ajouter une couche de texte délimité ».

C’est la fonctionnalité de QGIS qui permet d’ajouter des données dans le canevas de carte, de manière géolocalisée, grâce à leur coordonnées géographiques (longitude et latitude).

 

QGIS - Ajouter une couche de texte délimité, raccourci dans la barre d’outils de contrôle des couches. Cliquez dessus pour ajouter des données contenues dans un CSV !

 

Uns fois que vous avez cliqué sur cette icône, la fenêtre suivante s’ouvre.

QGIS – Fenêtre pour ajouter une couche de texte délimité. Renseignez toutes les informations nécessaires pour l’ajout de points géolocalisés : chemin du tableur, système de coordonnées, champs de la longitude (x) et de la latitude (y).

 

C’est dans cette fenêtre que l’on va renseigner tous les paramètres pour ajouter nos données.

Remarque : il s'agit là du visuel de QGIS 3. Dans les versions antérieures, cette fenêtre est légèrement différente... mais ce tutoriel est très facilement adaptable car le principe d'ajout de données depuis un fichier CSV reste le même !

 

Tout d’abord, renseignez le chemin d’accès à votre fichier CSV contenant les données : on peut aller chercher ce fichier en cliquant sur les trois petits points à côté de la ligne « Nom du fichier » (la première ligne).

Dans la partie Format de fichier, cochez la case « CSV » pour spécifier à QGIS quel type de fichier on va importer (un fichier CSV donc...).

 

QGIS – Renseignement du fichier de texte délimité à importer dans QGIS.

 

On renseigne ensuite les options : si votre fichier a une ligne d’en-tête (une ligne avec le nom des différentes colonnes par exemple), cochez la case correspondante.

Si votre fichier a plusieurs lignes d’en-tête (plusieurs lignes décrivant des catégories et les noms des colonnes par exemple), indiquez le nombre de lignes à ignorer en plus.

QGIS – Renseignement des options du fichier de texte délimité à importer dans QGIS.

 

Pour finir, il faut renseigner la partie de la « définition de la géométrie ». C’est ici que l’on va spécifier le type de géométrie que l’on souhaite importer : point, WKT, ou juste une table sans géométrie. Comme nous avons ici des coordonnées « latitude + longitude », on coche « point » car ce type de coordonnées correspondent à des points.

On doit également définir quelle colonne correspond à la latitude (champ Y) et quelle colonne correspond à la longitude (champ X) : sélectionnez le nom des colonnes pour X et Y dans les champs déroulants.

Enfin, on défini le système de projection des coordonnées que l’on va importer : sélectionnez le dans le champ déroulant « SCR ». Dans cet exemple il s’agit du WGS 84.

QGIS – Renseignement des paramètres de la géométrie à importer dans QGIS. Exemple avec des géométries de type point, EPSG 4326 (WGS 84).

 

Mémo

Petite note pour vous éviter une erreur trèèèèès fréquente... l’inversion des champs X et Y !

La longitude est en X : elle correspond à la distance au méridien d’origine (le méridien de Greenwich).

La latitude est en Y : elle correspond à la distance au parallèle d’origine, j’ai nommé l’équateur !

 

Si vous avez suivi jusque là, vous devriez avoir noté que cet exemple d’ajout de texte délimité (CSV) est basé sur des coordonnées en WGS 84.

Voici le rendu de l’ajout des mêmes donnée avec un système de coordonnées différent, ici le Lambert 93.

QGIS – Renseignement des paramètres de la géométrie à importer dans QGIS. Exemple avec des géométries de type point, EPSG 2154 (Lambert 93).

On voit clairement que les coordonnées renseignées sont différentes (ce ne sont pas les même nombres que j’ai saisis dans mon tableur), mais vous verrez un peu plus loin qu’il s’agit exactement des mêmes localisations ! Ces chiffres ne dépendent que d’une chose : le système de coordonnées que vous utilisez. Il faut donc renseigner le bon !

 


Contrôler vos données avant de les importer

En bas de la fenêtre d’ajout, la partie « Échantillon de données » vous donne un aperçu de la structuration de vos données à importer, avec les paramètres que vous avez renseignés. Cela permet de savoir immédiatement si le paramétrage est le bon ou non.

Dans l’exemple suivant, tout va bien, les données sont bien structurées, on voit les différentes colonnes et leurs valeurs :

 

Et voici un exemple de données mal structurées : les données sont en lignes, mais les colonnes ne sont pas individualisées. Vous pouvez avoir le même résultat avec de mauvais paramètres ; essayez par exemple de changer les délimiteurs : délimiteurs personnalisés → point-virgule, ou tabulation...

 

Maintenant, importons nos données !

 


Affichage des données sur la carte

Cliquez sur le bouton Ajouter en bas à droite de la fenêtre d’ajout… Les coordonnées latitude + longitude -qui étaient jusque là seulement sous forme de texte dans notre tableur- sont maintenant importées dans notre carte, sous forme de points géoréférencés !

QGIS – Visualisation des données importées depuis un fichier CSV dans QGIS. Exemple avec des géométries de type point, EPSG 4326 (WGS 84).

 

Et la même carte avec les données dans le système Lambert 93 : comme je vous le disais tout à l'heure, ce sont exactement les mêmes que celles en WGS 84 ! wink

QGIS – Visualisation des données importées depuis un fichier CSV dans QGIS. Exemple avec des géométries de type point,EPSG 2154 (Lambert 93).

 


Enregistrement d’une couche vecteur

Vos données issues du tableur sont maintenant converties en données géographiques. Vous pouvez alors les enregistrer sous forme d’un fichier Shapefile par exemple, afin d’en faire un fichier pour votre SIG.

Pour cela, sélectionnez votre couche vecteur (les points qu’on vient d’importer) dans le panneau des couches. Faites un clic droit > Exporter > Sauvegarder les entités.

Renseignez le format de fichier que vous voulez exporter (un Shapefile par exemple), le Nom du fichier (cliquez sur les trois petits points pour sélectionner le dossier dans lequel enregistrer votre fichier), et pensez bien à renseigner un système de coordonnées !

 

QGIS – Exemple d’enregistrement d’une couche vecteur au format ESRI Shapefile, EPSG 4326 (WGS 84).

 


Pour résumé

Voici les étapes de ce tutoriel en version courte :

  • 1) Enregistrement de la feuille de votre tableur au format CSV  ;
  • 2) Ajout d’une couche de texte délimité et renseignement des paramètres du fichier et des coordonnées à importer ;
  • 3) Import et visualisation sur la carte ;
  • 4) Optionnel - Enregistrement dans un fichier SIG.

 

Voilà, maintenant vous savez tout pour ajouter des points géolocalisés d’un tableur dans QGIS !
Et vous, vous utilisez QGIS ? Vous utilisez souvent des données issues de tableurs pour faire vos cartes ?

 

Un petit coup de pouce ? Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Merci :)

Marie Filipe

           

Mon super pouvoir de geek ? Je peux me séparer de mon écran ! Quand je n’ai pas la tête dans des lignes de code ou en pleine rédaction d’un article informatico-ecolo-giste, j’ai le nez dans un livre scientifique ou un roman de space opera, ou l’œil sur une loupe pour observer plantes et petites bêtes...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Rechercher

Je veux en savoir plus sur QGIS

Facile : il suffit de laisser son email ici !

Restez informé !

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé en avant-première de toutes les nouveautés de NaturaGIS !

Bienvenue sur NaturaGIS, espace d'échange et de partage d'astuces et de conseils autour des SIG et de leurs usages pour l'environnement. En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques, pour vous proposer des contenus personnalisés et pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.